Una estupenda crítica de La mort entre les lignes, la traducción al francés de Don de lenguas, ha aparecido en el blog Action- Suspense.

La ha publicado Seuil en septiembre de este año, con traducción de Isabelle Gugnon.

De ella me gustaría destacar las conclusiones:

L’intelligence du duo d’auteures consiste à ne pas charger l’ambiance, à gommer une part de noirceur, à nous offrir une tonalité bien plus légère. Si l’enquête policière est au crédit d’Isidro Castro, c’est la jeune Ana Martí Noguer qui en est l’héroïne. Ce qui agace son collègue machiste qui eût dû suivre l’affaire, et laisse sceptique l’inspecteur Castro. Issue d’une famille de journalistes, astucieuse pour obtenir certains renseignements, son instinct féminin constitue un de ses meilleurs atouts. Sa cousine universitaire Beatriz Noguer va, elle aussi, tenir un rôle non négligeable dans cette aventure. Ce qui témoigne en filigrane de la solidarité qui, en ces époques d’intransigeance politique, régnait dans les familles espagnoles fidèles à un autre idéal que le franquisme.

Des crimes, oui, mais aussi beaucoup d’occasions de sourire, en suivant les tribulations d’Ana. Qui la mènent à travers les quartiers du Barcelone d’alors, des Ramblas à Montjuïc, jusqu’aux rives du fleuve Llobregrat. Évocation subtile d’un autre temps, telle par exemple cette gare qui “était devenue la destination d’arrivée des émigrants du sud de l’Espagne, désireux d’échapper à une faim qui, selon la version officielle du régime, n’existait pas.” Le tempo narratif plein de vivacité, excluant toute lourdeur, nous entraîne fort agréablement. Un polar extrêmement séduisant et malin, une véritable réussite.”

La crítica completa puede leerse siguiendo este enlace: Action-Suspense: La mort entre les lignes.